Fimela : les habitants de Simal réclament des infrastructures routières

La population de Simal a organisé une manifestation pour réclamer des infrastructures routières afin de lutter contre le désenclavement de sa localité ce matin, lundi 18 juin.

« Nous vivons si mal » est ce qu’on peut lire sur les banderoles et pancartes brandis par les manifestants pour exprimer leur mécontentement. Les jeunes filles et garçons et les enfants assistés à la marche.

« Simal, un village qui compte plus de cinq mille personnes, constitue le poumon économique de l’arrondissement de Fimela et la pierre angulaire de l’économie de la commune de Fimela », explique Ousmane Ndour, le porte-parole du jour. Situé à cinq kilomètres du chef-lieu de sa commune, Simal enregistre plus de 100.000 visiteurs par an et il représente le premier producteur agricole de la commune. Sa jeunesse s’active dans les activités maritimes. L’exploitation de toutes ses ressources n’est pas au rendez-vous puisqu’il souffre de grand déficit en infrastructure routière qui accentue son désenclavement.

Les premières voies d’accès au village sont battis par les populations avec l’appui de certains partenaires privés, depuis les années soixante. « Ces voies sont dans un état de délabrement avancé. Elles représentent de véritable cache-tête pour les pour résidents de cette localité. Simal est aujourd’hui coupé du reste de la commune et du département, constate Monsieur Ndour. Nous exigeons une attention particulière de la part du gouvernement, la mise en place d’infrastructures routières pour le désenclavement et l’exploitation de toutes les potentialités qui existent dans la localité et la création des conditions d’épanouissement de sa population ».

Lors des législatives passées, les autorités avaient promis de désenclaver le village. Jusqu’à présent, les simalois sont dans l’attente des actes concrets.

Oumar BA.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *