BABABE : l’ouverture du marché municipal incertaine

Trois mois après l’affectation des boutiques du marché municipal de Bababé, les commerçants attendent toujours l’électrification du site et les espaces pour les fruits et légumes pour commencer leurs activités.

La mairie a signé, le premier janvier de l’année courante, le contrat de bail autorisant l’affectation des locaux à usage commercial. Au total, dix-huit boutiques ont été construites par le Programme national intégré d’appui à la Décentralisation, au Développement local et à l’Emploi des jeunes (PNIDDLE). La première pierre du marché municipal est posée 06 avril 2015. Le financement est estimé à 41 020 978 (ancien Ouguiya). Les recettes de la commune vont connaître une hausse annuelle de plus de 2000000 (ancien Ouguiya).

Le contrat de location entre le bailleur, le maire, et le preneur, le bénéficiaire, est une location à durée déterminée d’une année. Le preneur ne pourra en aucun cas se prévaloir de son titre de location pour exiger le renouvellement du contrat à son terme dans la mesure où le préavis lui aura été signifié.

La mensualité convenue entre les différentes parties est fixée à 6000 (ancien ouguiya) pour la boutique de deux sur trois mètres, de 10000 pour les seize boutiques de trois sur quatre et de 15000 pour la celle de 15 m². Les preneurs ont déjà perdu trois mois des douze. Ils ont refusé de payer la mensualité à cause « des conditions de travail insuffisantes ».

Construit à l’Ouest de la localité, loin au centre et dont la surface est largement inférieure à l’ancien, le marché fait l’objet de vives critiques. « C’est un grand problème de construire un nouveau marché pour déplacer les commerçants. Le financement aurait pu réorganiser l’ancien en augmentant le nombre de boutiques ou en mettant en place des étages », explique le député du département, Mika Birame Fall. « Comment le nouveau marché pourrait-il fonctionner si les gens refusent de se déplacer », se questionne-t-il.

Difficile d’aménager le nouveau marché puisque les espaces couverts ou non pour la vente de pain, de viande de fruits et légumes et des kiosques pour les consommables informatiques ne sont pas planifiés.

Interpellée, la première adjointe au maire n’a pas accepté de donner les raisons officielles du retard, de deux ans, accusé. L’ouverture du marché était prévue en juin 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *