Président de Touche pas à ma nationalité : Tawassoul offre un bon exemple de fonctionnement démocratique en Mauritanie

Le week-end dernier le parti islamiste mauritanien a eu un nouveau président : Mohamed Mahmoud Ould Seyyidi.

Le député Mohamed Mahmoud Ould Seyyidi a remporté la présidence du parti de l’opposition avec 79.8% des voix et dirigera le parti de 2017 à 2022. Le troisième congrès s’est tenu du 21 au 24 décembre à Nouakchott, la capitale de la République islamique de Mauritanie.

Dia Alassane, le Président du mouvement, Touche pas à ma nationalité -un mouvement qui lutte contre le recensement à caractère discriminatoire, entre autres- soutient le changement apporté à la présidence du parti : « je pense que le changement à la tête du parti est en soi une très bonne chose. »

Ces dernières années, plusieurs partis et mouvements sont confrontés à la crise de leadership. Les dirigeants refusent souvent d’organiser l’assemblée générale pour effectuer le changement à la tête de leur structure créant ainsi l’explosion de ses organisations. « En Mauritanie, et pas seulement, l’on a tendance à identifier un parti, un mouvement politique à la personnalité qui en est à la tête et les leaders ont du coup tendance à s’éterniser à la tête de leurs organisations. Tawassoul nous offre là un bon exemple de fonctionnement démocratique interne », souligne Monsieur DIA.

« Souhaitons que le parti soit armé du même état d’esprit lorsqu’une démocratie digne de ce nom prévaudra à l’échelle nationale », espère-t-il.

L’actuel président du Rassemblement national pour la Réforme et le Développement succède à Jamil Ould Mansour qui a dirigé le parti depuis sa création en 2007.

Président de Touche pas à ma nationalité : Tawassoul offre un bon exemple de fonctionnement démocratique en Mauritanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *